samedi 2 novembre 2013

Linné dans mon carnet




 Une espèce rare 
« Il ressemble à un Traquet Espagnol, mais son chant est d'une admirable variété; un peu à la manière de la Verderolle, ce chant varie selon les saisons, les lieux où l'oiseau niche ou la nourriture qu'il s'est procuré. Cet oiseaux est capable de contrefaire le chant des Rubiettes à s'y méprendre, celui du Chardonneret élégant, et d'autres oiseaux encore. Cette étonnante qualité nous empêche d'identifier clairement son chant propre. L'incubation semble être l’œuvre de la femelle seule; le mâle abandonne rapidement ses poussins, et va rejoindre d'autres nids, de préférence, ceux des Rubiettes. Il alimente, de vers, d'insectes et leurs larves et d'araignées, d'autres poussins que les siens. Il semble être alors tout à fait à sa place, mais il la quittera sans attendre à l'approche d'un autre mâle.  

[...]
Il a une curieuse manière de faire son nid: Il le bâtit de l'intérieur vers l'extérieur et vers le haut, tout autour de lui. Il vide pour cela un amoncellement de feuilles sèches ou de paille, sur lequel ils s'est posé et sur lequel il travaille, dans une sorte de hâte ou de précipitation. La forme de ses nids est complexe, ressemblant parfois à une cage, dans laquelle il peut rester enfermé malgré lui. Selon Linné, il imite alors toutes sortes de chants d'oiseaux jusqu'à l'épuisement. Après un long moment de silence, il reprend les roulades. Son plumage peut changer de couleur à ce moment-là. Ainsi, ce ne serait qu'en étant prisonnier de son nid, dit-on, qu'on entendrait enfin son chant véritable. »

2 commentaires:

nicolás a dit…

sergio:
pero por dios, cómo me gusta tu trabajo, !
abrazo,
n.

Chuki a dit…

dios te bendiga!